HISTORIQUE

Monastère St Damien

Assise

Sainte Claire d’Assise, attirée par l’idéal évangélique préché par Saint François, commence sa vie de moniale contemplative en 1212. Des soeurs la rejoignent. Leur vie communautaire s’organise peu à peu dans une grande pauvreté. A la fin de sa vie, Claire rédige pour son monastère de St Damien une règle inspirée de celle de François. Après sa mort, une autre règle est promulguée par le Pape Urbain IV.

Au XIVème siècle les clarisses se multiplient en Europe. Elles choisissent, pour la plupart, la règle d’Urbain IV. Mais les communautés s’éloignent de l’idéal de Claire. Une réforme est nécessaire.

En France, Ste Colette de Corbie la réalise. Elle redonne vie à la règle de Ste Claire et rédige des constitutions. Elle meurt en 1447.

A Lille, en 1453 est fondé un couvent de soeurs grises. Ces religieuses vêtues d’un habit gris du Tiers Ordre de St François, non cloîtrées, sont vouées aux soins des malades.

En 1490 sous l’impulsion de Marguerite d’York elles embrassent la règle de Ste Claire et les constitutions de Ste Colette entrant dans la réforme de l’Ave Maria. Cette réforme a pris naissance chez les soeurs grises de Metz. Les soeurs  grises de Paris les ont imitées puis sont venues former celles de Lille.

Trois siècles plus tard, la communauté de Lille traverse la tourmente révolutionnaire.

En 1792 le monastère est vendu. Les clarisses se dispersent. Certaines se réfugient dans leurs familles. D’autres avec Mère Anna Pollet gagnent le monastère de Bruges dans l’attente de faire revivre les clarisses de Lille.

C’est en 1866 que ce désir se réalise. Mère Marie-Dominique Berlamont, abbesse des clarisses de Bruges est à l’origine de nombreuses fondations en Europe dont les clarisses de Lille.

En 1903 nouveau départ. Le gouvernement de gauche de la IIIème république pratique une politique anti-cléricale. Les congrégations non reconnues officiellement sont expulsées.

Le monastère et la chapelle Notre-Dame de Réconciliation sont vendus. La communauté s’établit en Belgique à Quiévrain.

Le 9 juillet 1931 Mère Anna Leman et   treize                soeurs quittent Quiévrain et s’établissent, non plus à Lille, mais à quelques kilomètres dans la ville d’Haubourdin.

A partir de 1950 germe l’idée de fédération pour les clarisses (appel du Pape Pie XII ). Haubourdin entre dans la fédération Notre-Dame des Anges.

Vers 1973 des constitutions générales pour toutes les clarisses voient le jour « ad experimentum »

 

 

 

 

La communauté d’Haubourdin les adopte quittant les constitutions de Ste Colette.

En 1988 les constitutions générales définitives marquées par la réforme du concile Vatican II sont promulguées.